Dakar24

L'Information un Droit, Vous Servir, notre Devoir

CAN-2023: Sénégal-Côte d’Ivoire : La CAF reconnaît ses erreurs et écarte l’arbitre

L’arbitrage du match Sénégal-Côte d’Ivoire en huitièmes de finale de la CAN 2023 a provoqué une vive controverse. Face à l’ampleur des critiques, la CAF a décidé d’écarter l’arbitre gabonais Pierre Ghislain Atcho du reste de la compétition. Cette décision constitue un aveu de la part de l’instance dirigeante du football africain qui reconnaît, implicitement, les erreurs d’arbitrage ayant entaché la rencontre.

Un arbitrage au cœur de la polémique

Le match entre le Sénégal et la Côte d’Ivoire a été marqué par plusieurs décisions arbitrales controversées. Le non-carton rouge de Sadio Mané pour un tacle dangereux, le penalty non sifflé pour Ismaila Sarr et un hors-jeu non signalé sur le penalty accordé aux Ivoiriens ont alimenté la colère des Sénégalais et des observateurs du football africain.

La CAF reconnaît son erreur

En écartant Pierre Ghislain Atcho de la CAN 2023, la CAF reconnaît, indirectement, que l’arbitrage du match Sénégal-Côte d’Ivoire n’a pas été à la hauteur. Cette décision est une première dans l’histoire de la CAN et montre que l’instance dirigeante du football africain prend au sérieux les critiques formulées à l’encontre de l’arbitrage.

Des zones d’ombre persistent

La décision de la CAF ne met pas fin à la controverse. La désignation d’une équipe VAR composée d’arbitres marocains et égyptiens, deux pays ayant des contentieux avec le Sénégal, soulève des questions. De plus, la déclaration de Veron Mosengo, Secrétaire général de la CAF, vantant l’excellence de l’arbitrage africain sonne comme une provocation envers les supporters sénégalais et les observateurs avertis.

Un mea culpa insuffisant

Si la CAF reconnaît ses erreurs en écartant l’arbitre du match Sénégal-Côte d’Ivoire, il est nécessaire d’aller plus loin. Une enquête indépendante sur les désignations des arbitres et les décisions prises lors de la rencontre est indispensable pour restaurer la confiance et l’équité dans la CAN.

Le Sénégal, victime d’un arbitrage défaillant

Le Sénégal, finaliste de la dernière CAN et prétendant au titre cette année, a été clairement défavorisé par l’arbitrage lors de son match contre la Côte d’Ivoire. L’élimination des Lions de la Téranga est une injustice sportive qui soulève des questions sur la crédibilité de la compétition.

Un tournant pour l’arbitrage africain

La CAN 2023 est un tournant pour l’arbitrage africain. La CAF doit prendre des mesures concrètes pour améliorer la qualité de l’arbitrage et garantir l’équité des compétitions. L’utilisation de la VAR doit être accompagnée d’une formation rigoureuse des arbitres et d’une transparence dans les désignations.

L’avenir du football africain en jeu

L’image du football africain a été ternie par les incidents survenus lors du match Sénégal-Côte d’Ivoire. La CAF doit agir pour restaurer la confiance des supporters et des acteurs du football africain. L’avenir du football africain dépend de la capacité de la CAF à garantir l’équité et la transparence des compétitions.

Dakar24.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En savoir plus sur Dakar24

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Poursuivre la lecture

Verified by MonsterInsights