L'Information un Droit, Vous Servir, notre Devoir

Candidatures parallèles dans Benno : Les menaces de Macky Sall contre A… et…

Les candidats dissidents au sein de la majorité présidentielle risquent des sanctions, du moins si l’on en croit les mises en garde formulées par Macky Sall, le leader de Bby (Benno bokk yaakaar), devant les militants de la diaspora du camp présidentiel réunis à New York. Ces avertissements interviennent après l’entretien accordé par le chef de l’État à Rfi et France 24.

Vers la Fin de la Tolérance au Sein de la Majorité

Les candidats dissidents de Benno bokk yaakaar ne semblent pas être en faveur du président Macky Sall. Est-ce que cela signifie la fin de la tolérance au sein de la majorité présidentielle ? Des mesures disciplinaires sont-elles en préparation à l’encontre de ceux qui refusent de rallier les rangs et de soutenir la candidature d’Amadou Ba ?

Le Choix d’Amadou Ba

Les décisions prises par le chef de la Coalition Bby pour mettre fin aux contestations susciteront certainement l’intérêt de l’opinion publique. En attendant, Macky Sall continue de marteler sa détermination à maintenir le candidat unique de Benno, Amadou Ba, à travers des déclarations publiques et des rencontres avec ses alliés politiques ainsi que d’autres membres de son parti, l’Alliance pour la République (Apr).

Le Message de Macky Sall à ses Partisans

À New York, le leader de la coalition au pouvoir n’a pas mâché ses mots devant ses partisans. Selon le site Dakaractu, il a déclaré : « La Coalition Benno bokk yaakaar n’a qu’un seul et unique candidat, c’est Amadou Ba. Quiconque se déclare candidat alors qu’il appartient au parti ou à la même coalition ne fait plus partie de notre organisation politique, car il n’a pas suivi le choix qui a été validé. » Ces paroles peuvent être interprétées comme un avertissement adressé aux opposants à la candidature du Premier ministre Amadou Ba, parmi lesquels l’ancien Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, le ministre démissionnaire de l’Agriculture et maire de Bby de la commune de Linguère, Aly Ngouille Ndiaye, et l’ancien Directeur général de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et maire de Kolda, El Hadj Mouhamadou Diao, également connu sous le nom de Mame Boye. À moins de preuves contraires, ces personnalités maintiennent leur ambition de diriger le Sénégal. Il a également été rapporté que l’ancien Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, et le ministre de l’Agriculture, Aly Ngouille Ndiaye, se sont rencontrés récemment.

La Raison derrière le Choix d’Amadou Ba

Le Président Sall n’a pas seulement mis en garde les rebelles aspirants à la présidence, il a également insisté sur le choix d’Amadou Ba en tant que candidat idéal pour la coalition. Il a déclaré : « Quand nous avons examiné les critères de chacun des candidats potentiels, nous sommes parvenus à la conclusion qu’Amadou Ba était le mieux qualifié. Cela ne signifie pas que les autres ne sont pas compétents ou qualifiés pour gouverner… Mais aujourd’hui, si Amadou Ba gagne, c’est moi, le Président Macky Sall, et toute la coalition qui gagneront. »

L’Appel à l’Unité

Le chef de Benno continue de prôner l’unité au sein de sa formation politique, exhortant les militants à surmonter les querelles inutiles qui entravent la victoire de Bby. Macky Sall est convaincu que « l’unité est essentielle pour remporter la victoire. »

Vers une Convergence Totale

Lors d’un entretien accordé à New York aux médias français Rfi et France 24, le Président Macky Sall a énuméré les atouts d’Amadou Ba, le candidat de Bby, et a rassuré ses partisans et les sympathisants de son camp politique en déclarant : « Je pense qu’avant le dépôt des candidatures, il y aura des discussions qui permettront d’arriver vers une convergence totale. À défaut, l’essentiel a été bâti autour de cette candidature pour donner des chances à la majorité de l’emporter dès le premier tour. » Il a également précisé : « Je ne peux pas fracturer la coalition que j’ai mise en place et entretenue pendant 12 ans… C’est normal qu’il y ait des résistances. D’ailleurs, nous avons vu les processus d’alignement et finalement d’acceptation. Il y a encore 2 ou 3 qui pensent qu’ils doivent être candidats. C’est leur droit, leur liberté. »

Dakar24.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Quitter la version mobile