Dakar24

L'Information un Droit, Vous Servir, notre Devoir

Migration irrégulière : Quand Pape Mahawa Diouf de Benno Bokk Yakaar, pointe des facteurs complexes

Pape Mahawa Diouf, Directeur de l’Agence Sénégalaise de Promotion Touristique (ASPT) et membre de la cellule de communication de Benno Bokk Yaakar (BBY), s’est exprimé sur le phénomène de la migration irrégulière.

Invité à l’émission du Jury du Dimanche (JJD) sur I-radio, il a donné plusieurs explications qui pourraient être les véritables raisons qui ont poussé des milliers de jeunes à prendre des pirogues de fortune pour regagner l’Europe au péril de leur vie.

« La réponse la plus spontanée, c’est tout de suite de dire que c’est une suite d’échecs des politiques de jeunesse et d’emploi », a-t-il déclaré. « Mais si on pousse les choses un peu plus loin et qu’on regarde bien les profils de ceux qui sont des candidats à l’immigration, ça appelle à une forme de complexification du phénomène. »

« Lorsque des politiques de migration, des professionnels de la fonction publique, des enseignants, lorsqu’il y a des gens qui ont une activité florissante, choisissent de prendre un certain montant pour l’engager dans un voyage vers d’autres horizons, il faut peut-être pousser la réflexion plus loin sur d’abord la projection, sur l’idéal de vie, sur l’envie d’ailleurs et surtout sur le fait qu’il y a quand même du point de vue global, une forme d’attirance sur l’Europe », a-t-il expliqué.

Pape Mahawa Diouf a également rejeté l’idée que les jeunes quittent le Sénégal par peur de représailles. « Non, je ne pense pas que le Sénégal soit un pays dangereux du point de vue des libertés, au point que les gens quittent le pays », a-t-il déclaré.

Il a toutefois reconnu que le chômage est un facteur important de la migration irrégulière. « Nous ne sommes en tout cas pas dans le plein d’emplois », a-t-il déclaré. « Et c’est bien pour ça qu’on a mis en place une politique visant à une multiplication des infrastructures, visant à changer les filières pour professionnaliser les filières de formation, pour régler la question de l’employabilité, visant à faire des réformes pour attirer davantage d’investissements et aussi de pousser un cap vers l’industrialisation. »

Cependant, il a souligné que ces politiques ont été mises en place avant la pandémie de Covid-19 et la guerre en Ukraine, qui ont créé de nouvelles difficultés.

Dakar24.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En savoir plus sur Dakar24

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Verified by MonsterInsights