Dakar24

L'Information un Droit, Vous Servir, notre Devoir

Macky Sall sur Ousmane Sonko : Aucun regret dans le traitement réservé à l’opposant

(FILES) In this file photo taken on August 27, 2021 President of Senegal Macky Sall attends the Vaccine Equity for Africa event in Berlin, amid the Covid-19 pandemic. – The head of the African Union, Senegalese President Macky Sall, will speak with President Vladimir Putin in the southwestern Russian city of Sochi on June 3, 2022, Dakar said. (Photo by Tobias SCHWARZ / AFP) / CORRECTION: Please read ‘The head of the African Union, Senegalese President Macky Sall, will speak with President Vladimir Putin in the southwestern Russian city of Sochi [on June 3, 2022], instead of [on June 2]’

Le Président de la République, Macky Sall, a récemment exprimé son absence de regrets concernant le traitement réservé à l’opposant Ousmane Sonko, lors d’un entretien accordé à Jeune Afrique. Il a affirmé que toutes les actions des entreprises ont été conformes aux normes démocratiques les plus strictes.

« Je n’ai vraiment aucun regret. Tout ce qui a été entrepris l’a été en respectant les normes démocratiques les plus élevées. La force doit rester du côté de la loi », a déclaré le Président Sall.

Il a ensuite réagi vigoureusement contre ceux qui prônent l’anarchie et le chaos pour réaliser leurs ambitions. « Ceux qui cherchent à semer le désordre me trouveront sur leur chemin », a-t-il averti. Le chef de l’État a souligné que des prétendus militants du parti d’Ousmane Sonko ont commis des actes odieux, entraînant la mort de femmes innocentes.

Ces militants auraient lancé des cocktails Molotov contre un bus de transport public dont ils avaient bloqué la porte. Macky Sall a remis en question la légitimité de manifester en faveur de la libération des personnes responsables de telles atrocités.

Par ailleurs, le Président a rejeté les critiques concernant les condamnations judiciaires de ses principaux opposants, à savoir Karim Wade, Khalifa Sall et Ousmane Sonko, au cours de son mandat. « Les opposants, et les hommes politiques en général, ne sont-ils pas susceptibles d’être jugés ? » a-t-il répliqué.

Il a rappelé au journaliste de Jeune Afrique les menaces de mort, les appels à sa destitution et les incitations à l’insurrection proférés par l’un de ses adversaires, à l’occurrence Ousmane Sonko. Pour Macky Sall, si le Sénégal était une dictature, comme certains le prétendent, il est peu probable qu’il aurait pu être continuellement insulté par cet opposant.

Dakar24.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
Verified by MonsterInsights