Dakar24

L'Information un Droit, Vous Servir, notre Devoir

Macky Sall limoge Doudou Ndir de la Présidence de la CENA

Dans un communiqué officiel publié vendredi par le ministre, secrétaire général de la présidence de la République, Oumar Samba Ba, l’inspecteur général d’État Abdoulaye Sylla et le magistrat Ndary Touré, tous deux à la retraite, ont été respectivement nommés président et vice-président de la Commission électorale nationale autonome (CENA).

La Commission électorale nationale autonome (CENA) a également accueilli cinq nouveaux membres, tous à la retraite, qui ont été nommés par décret du président de la République. Parmi eux, on retrouve l’inspecteur général d’État Cheikh Awa Balla Fall, Serigne Amadou Ndiaye, professeur des universités, les administrateurs civils Cheikh Tidiane Ndoye et Léopold Wade, ainsi que le commissaire de police Mamadou Marème Wade.

De plus, la professeure des universités Aminata Fall Niang, la journaliste Ndèye Rokhaya Mbodji, Mamadou Bocar Niane, un enseignant, la notaire Aïssatou Sow, et la conseillère en décentralisation Fatou Kiné Diop ont été nommés membres de la CENA.

Les membres de la CENA, qui sont chargés de la surveillance et du contrôle des élections, exercent un mandat de six ans.

Le nouveau président de la CENA, Abdoulaye Sylla, est un ingénieur des travaux d’aménagement du territoire diplômé de l’ex-École nationale d’économie appliquée (actuelle École supérieure d’économie appliquée) du Sénégal. En tant qu’administrateur civil, il est également breveté de l’École nationale d’administration du Sénégal et a été juge au Conseil constitutionnel depuis 2018.

Ces nominations interviennent dans un contexte de controverse liée au refus de la Direction générale des élections (DGE) de remettre les outils de collecte des parrainages à Ousmane Sonko, un opposant politique, en vue de sa candidature à l’élection présidentielle.

L’ancien président de la CENA, Doudou Ndir, a soutenu que, selon la procédure en cours et à moins d’une décision judiciaire contraire, Ousmane Sonko devrait jouir de son statut d’électeur inscrit sur les listes électorales avec tous les droits qui vous êtes attachés.

En réponse, le directeur général des élections, Tanor Thiendella Fall, a argumenté que, puisque le nom d’Ousmane Sonko ne figure pas dans le fichier électoral, les outils de collecte des parrainages ne doivent pas être remis à son mandataire. La question demeure donc en suspens.

Daka24.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En savoir plus sur Dakar24

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Verified by MonsterInsights