Dakar24

L'Information un Droit, Vous Servir, notre Devoir

Le Grand Magal de Touba : Une Célébration Centenaire de Gratitude et de Réjouissances

Chaque année, la communauté musulmane, en particulier les fervents disciples de la confrérie mouride, répond à l’appel de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké pour célébrer le Grand Magal de Touba. Ce moment de ferveur religieuse, entamé dès le début du mois lunaire du Safar, culmine lors de la matinée du 18 Safar, marquant ainsi une date mémorable du calendrier musulman.

Cette célébration commémore le départ en exil du fondateur du mouridisme, événement dont le sens a été profondément ancré par un message mémorable en 1921. Dans ses mots, Serigne Touba proclamait : « Quant aux bienfaits que Dieu m’a accordés, ma seule et souveraine gratitude ne les couvre plus. Par conséquent, j’invite toute personne que mon bonheur personnel réjouirait à s’unir à moi dans la reconnaissance à Dieu, chaque fois que l’anniversaire de mon départ en exil le trouve sur terre. »

Cette invitation, presque devenue une recommandation sacrée, résonne encore aujourd’hui au sein de la communauté, plus d’un siècle après son énonciation. Chaque année, des milliers de pèlerins se rassemblent dans la cité religieuse de Touba pour perpétuer cette tradition.

Cheikh Ahmadou Bamba Khadim Rassoul présentait cet événement comme une expression de gratitude envers Dieu pour les innombrables dons et grâces qu’il avait reçus pendant son exil. Le fondateur du Mouridisme a institué cette célébration après avoir enduré des années d’épreuves au Gabon et en Mauritanie de 1903 à 1907, suivies de cinq autres années de résidence surveillée à Thieyène, dans le Djolof, de 1907 à 1912.

En 1921, alors qu’il était toujours confronté à des épreuves, Cheikh Ahmadou Bamba reçut « le décret divin » le jour anniversaire du 18 Safar, lui annonçant que ses souffrances touchaient à leur fin. Il écrivit alors : « La peine est levée, toute la mission qui t’a été confiée a été remplie. » Il exhorta également tous ceux qui se réjouissaient de son bonheur personnel à se joindre à lui dans la gratitude envers Dieu chaque fois que cette date anniversaire de son départ en exil surviendrait.

Cet exil, qui dura plus de sept longues années, fut marqué par des persécutions, des souffrances, et des conditions de vie difficiles sur l’île inhospitalière de Mavombé, en pleine forêt équatoriale gabonaise. Cheikh Ahmadou Bamba poursuivit sa marche en vérité, accompagné des Vertueux Gens de Badr, tandis que ses persécuteurs le croyaient prisonnier.

Aujourd’hui, le Grand Magal de Touba demeure un moment de profonde réjouissance et de gratitude envers Dieu, rappelant l’héritage et la persévérance du fondateur du mouridisme, Serigne Touba.

Dakar24.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En savoir plus sur Dakar24

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Verified by MonsterInsights