Dakar24

L'Information un Droit, Vous Servir, notre Devoir

Affaire Sonko : Dépôt d’un Rabat d’Arrêt à la Cour Suprême, les Avocats Réclament une Procédure Rapide

Les avocats d’Ousmane Sonko ont déposé, ce mardi, un rabat d’arrêt à la Cour suprême suite à la publication de l’arrêt cassant la décision du tribunal de Ziguinchor qui avait ordonné la réintégration du maire sur les listes électorales. Ces conseillers légaux du leader du parti dissous Pastef pressent la Cour à accélérer la procédure afin de permettre à leur client de participer à l’élection présidentielle de 2024.

« Nous sommes revenus ici pour demander que l’arrêt rendu la semaine dernière soit l’objet d’une nouvelle décision, car celle prononcée par la Cour suprême le 17 rassemble de nombreuses et graves interrogations d’ordre juridique », a déclaré Saïd Larifou. , membre du pool d’avocats d’Ousmane Sonko.

«Il est impératif que le droit d’Ousmane Sonko soit respecté. La Cour suprême du Sénégal est tenue d’agir en urgence, car il s’agit d’un litige électoral protégeant les droits d’un citoyen sénégalais. pas que l’expression d’Ousmane Sonko soit entachée d’irrégularités, alors que celle des millions d’autres citoyens sénégalais sera prise en considération », a-t-il ajouté.

Selon l’avocat, il existe une « obligation de célébrité, obligation de rendre cette décision le plus rapidement possible ».

Me Babacar Ndiaye, de son côté, appelle à une accélération de la procédure pour permettre à Ousmane Sonko de participer à l’élection présidentielle de 2024. « Il y a une urgence morale, car c’est l’esprit de la loi. Nous sommes en matière électorale, donc la procédure de célérité qui avait caractérisé la saisine du juge de Ziguinchor continue de s’imposer à la Cour suprême, car il est question de la candidature d’Ousmane Sonko qui doit participer, à l’instar de tous les « autres candidats, à ces joutes électorales », a souligné l’avocat.

Il est à rappeler que la Cour suprême a cassé, le 17 novembre dernier, un jugement du Tribunal de Ziguinchor réintégrant Ousmane Sonko dans la course à la présidentielle de février 2024, renvoyant l’affaire au tribunal hors classe de Dakar pour un nouveau jugement. Auparavant, le tribunal de Ziguinchor avait annulé la radiation de l’opposant des listes électorales, rendant possible sa candidature à la présidentielle de février 2024.

Dakar24.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En savoir plus sur Dakar24

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Poursuivre la lecture

Verified by MonsterInsights