ACTUALITE ECONOMIE

Le FMI abaisse ses prévisions de croissance pour 2023 en raison des tensions sociopolitiques et de l’inflation imminente

Le Fonds monétaire international (FMI) a récemment révisé à la baisse ses estimations de croissance pour l’année 2023, passant de 5,3% à 4,1%. Cette réduction est attribuée à un climat sociopolitique tendu ayant un impact négatif sur l’environnement des affaires, ainsi qu’à la prévision d’une augmentation de l’inflation.

Selon Edward Gemayel, chef de mission du FMI, la situation sociopolitique sous tension a entravé l’activité des secteurs du commerce et des services au cours du premier semestre de l’année, conduisant ainsi à cette révision à la baisse des prévisions de croissance du Produit intérieur brut (PIB). Le gouvernement avait pourtant initialement prévu une croissance de 7% pour 2023, basée sur la commercialisation des hydrocarbures, mais cette perspective est reportée à 2024.

Edward Gemayel a également signalé que bien que l’inflation annuelle ait temporairement chuté à 5,7% en juillet, de nouvelles pressions inflationnistes, notamment sur des produits alimentaires de base tels que le riz, l’oignon et le sucre, ont émergé récemment. Par conséquent, les prévisions d’inflation moyenne pour 2023 ont été revues à la hausse, passant de 5% à 6,1%.

Cependant, malgré ces défis, l’exécution du budget jusqu’à la fin du mois de juin était globalement conforme aux objectifs du programme, selon Edward Gemayel. Toutefois, atteindre les objectifs budgétaires pour la fin de l’année nécessitera des efforts supplémentaires pour mobiliser des recettes.

Le FMI a publié un communiqué dans lequel il a noté que malgré le retard dans le démarrage de la production d’hydrocarbures, les perspectives macroéconomiques demeurent favorables. En 2024, la croissance du PIB réel devrait atteindre 8,8%, stimulée par le début de la production de pétrole et de gaz. De plus, la croissance en dehors du secteur des hydrocarbures devrait également remonter à 6%.

Pour atteindre ces objectifs, les autorités sont déterminées à poursuivre les efforts d’assainissement budgétaire. Le projet de budget pour 2024 prévoit un déficit budgétaire de 3,9% du PIB, et les autorités sont encouragées à rationaliser les exonérations fiscales et à accélérer la mise en œuvre de la Stratégie des recettes à moyen terme (SRMT). 

De plus, elles doivent prendre des mesures pour éliminer progressivement les subventions à l’énergie, qui représenteront 1% du PIB en 2024, conformément à la feuille de route adoptée en janvier dernier, a expliqué Edward Gemayel. 

Dakar24.net

Avatar

Redaction2023

About Author

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu pourrais aussi aimer

ACTUALITE POLITIQUE

3e Mandat : Macky Sall donne rendez-vous ce lundi pour éclairer les sénégalais sur sa position 

Le Président de la République Macky Sall a annoncé un discours à la nation ce lundi 3 juillet 2023 pour
ACTUALITE POLITIQUE

Convocation à la Sûreté urbaine: Birame Soulèye Diop s’excuse pour ses propos

Après la nouvelle de sa convocation, l’administrateur général du parti Pastef présente ses excuses dans une vidéo. Birame Soulèye Diop

En savoir plus sur Dakar 24

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading