Sortie contre le projet de loi portant révision de la constitution : «Abdou MBOW fusille et défie l’opposition»

Abdou Mbow n’a pas aimé la dernière trouvaille de l’opposition et il ne met point de gants pour le dire. Il trouve en effet incohérent que l’opposition, qui a toujours refusé la victoire de Macky Sall, veuille subitement avoir voix au chapitre, au point d’exiger des concertations ou à défaut faire passer le projet par voie référendaire. Abdou Mbow dit que Macky Sall ne fera ni l’un, ni l’autre. A l’endroit de Frapp/France dégage, du Mouvement Y en a marre et des Forces démocratiques du Sénégal, qui appellent à la mobilisation contre le projet, le porte-parole adjoint de l’Apr dit qu’il ne se passera rien le jour J. Avec ou sans l’opposition, également, le projet de loi sera examiné en commission technique et débattu en plénière.

Les Echos :Le projet de loi portant suppression du poste de PM sera examiné samedi prochain par les députés. Les opposants Idrissa Seck, Ousmane Sonko, Issa Sall et Madické Niang ont fait un communiqué pour marquer leur désaccord. Quels commentaires cela vous inspire ? 
Abdou Mbow : Je voudrais attirer l’attention de l’opinion, en disant que ces quatre perdants de la présidentielle de février dernier n’ont aucune légitimité à demander au président de la République une telle chose, parce que ces candidats malheureux de la dernière présidentielle n’ont aucun respect pour le peuple sénégalais. N’oubliez pas qu’ils avaient dit qu’ils ne reconnaissaient pas celui que les Sénégalais ont choisi comme président de la République. Ça, c’est un. Deuxièmement, pour avoir rejeté la main tendue du président de la République après sa réélection, ces opposants qui ne sont intéressés que par des questions électorales, n’ont pas non plus le droit de demander des concertations sur des prérogatives que la Constitution du Sénégal donne au président de la République quant à la révision de la constitution. La Constitution donne les prérogatives au président de la République de présenter à l’Assemblée nationale un projet de révision constitutionnelle après en avoir informé le président de l’Assemblée nationale. Ce que le président de la République, en républicain, en démocrate accompli, a fait. Maintenant, dans la vie, quand on est responsable et qu’on veut occuper des responsabilités dans un pays, on doit avoir une démarche cohérente. Ces opposants, qui ne sont intéressés que par des questions politiciennes, montrent leur incohérence. Tous les Sénégalais ont remarqué que ces candidats ne se sont jamais préoccupés d’aucun problème qui intéresse les Sénégalais. Personne d’entre eux ne s’est prononcé sur un sujet d’envergure nationale. Il faut donc que les Sénégalais les identifient et sachent qu’ils ne sont intéressés que par la politique politicienne. Ces candidats malheureux doivent vraiment revenir à la raison et être cohérents. 

En définitive donc, avec ou sans eux, l’Assemblée nationale va examiner et adopter le projet de loi ? 

Ils ont des représentants à l’Assemblée nationale. Ils doivent commencer d’abord par venir travailler à l’Assemblée nationale. Parce que c’est là le lieu du dialogue démocratique par excellence. Eux-mêmes, ils ont déserté l’Assemblée nationale parce que ce ne sont pas des bosseurs. Ils ne sont pas intéressés par le Sénégal. Ils doivent venir d’abord à l’Assemblée, travailler ; parce que le projet de loi sera examiné avec ou sans eux en commission technique et en plénière. 

Ce ne sont pas seulement les leaders de l’opposition qui sont contre ce projet de loi. Il y a également France dégage, les Fds et Y ‘en a marre qui appellent à la résistance ; en agitant un 23 juin bis…

Ces gens-là se trompent d’époque. Parce que le 23 juin, c’est la Charte fondamentale qui était touchée dans ses fondamentaux et pour la défendre, le peuple sénégalais s’était levé comme un seul homme. Y compris nous-mêmes, défenseurs de la République. Donc, qu’ils sachent qu’ils se trompent d’époque et de contexte. C’est une réforme majeure aux fins de consolider la démocratie que le Président Macky Sall propose. Le poste de Premier ministre sera certes supprimé mais ici on parle de gouvernement. Le gouvernement reste et les prérogatives de l’Assemblée nationale seront renforcées. Ils n’ont qu’à revoir leur copie, parce que les Sénégalaises et les Sénégalais, vous le verrez de vous-mêmes, ne suivront pas ces personnes qui appellent à l’insurrection ou à la manifestation. 

Rien ne va donc se passer, d’après vous ? 

Il ne se passera rien. Pourquoi ? parce que les Sénégalais savent que le Président Macky Sall est en train de réformer fondamentalement les choses, pour que le Sénégal puisse aller de l’avant et pour pouvoir répondre avec célérité à l’attente des populations. 

Abdoul Mbaye a adressé un message aux députés pour inviter à sanctionner «le projet de cette quatrième révision de notre Constitution» qu’il considère comme «funeste pour plusieurs raisons» 

D’abord, nous n’avons aucune leçon à recevoir d’Abdoul Mbaye. Ensuite, s’il y a une personne qui doit se prononcer sur un projet de révision constitutionnelle, ce n’est vraiment pas Abdoul Mbaye. Et je voudrais lui faire savoir que nous ne sommes pas des députés au service d’un homme. Nous sommes au service d’une cause et le Président Macky Sall, depuis qu’il a été porté à la tête de ce pays, ne fait que proposer des réformes consolidantes pour notre pays. On n’a vraiment pas de leçons à recevoir d’Abdoul Mbaye. 

Propos recueillis par Madou MBODJ

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here