Le Chef de l’Etat, Macky Sall, a présidé avant-hier, mercredi 31 octobre, la cérémonie d’ouverture de la conférence africaine sur la propriété réelle des entreprises minières, pétrolières et gazières. Le président de la République a profité de cette occasion pour répondre à ceux qui dénoncent la gestion des hydrocarbures au Sénégal, notamment le leader de Pastef/Les Patriotes Ousmane Sonko et l’ancien ministre de l’Energie Thierno Alassane Sall. Selon Macky Sall, le débat sur le pétrole et le gaz doit être «sérieux, objectif et outillé».

«Dans le domaine des hydrocarbures j’invite l’ITIE à encourager le débat. Mais, il faut un débat séreux, un débat vraiment objectif ». C’est en ces termes que le Président de la République Macky Sall a fustigé le comportement de certains responsables politiques qui s’investissent à dénoncer la gestion du pétrole et du gaz au Sénégal, faisant allusion à Ousmane Sonko, Thierno Alassane Sall entre autres. Il présidait avant-hier, mercredi 31 octobre, la cérémonie d’ouverture de la conférence africaine sur la propriété réelle des entreprises minières, pétrolières et gazières.

«On se permet, dans un pays aussi démocratique que le Sénégal où l’expression est libre, d’écrire un ouvrage ou de publier dans les réseaux sociaux que le gouvernement a fait perdre à son pays 100 milliards de dollars (plus de 55.000 milliards F CFA-Ndlr)) dans une opération alors que nous sommes en phase d’exploration. Il est clair que dans la phase d’exploration et même de développement, il n’y a pas de taxes. C’est le code pétrolier qui le dit. Pendant des mois, le pays est tenu en haleine sur de faux problèmes pour prétendre qu’on a vendu le pays à des compagnies», déplore le Chef de l’Etat.

Macky Sall suggère aussi un débat ouvert mais aussi bien outillé. «Il faut que ça soit un débat où les gens savent de quoi ils parlent. Parce que le pétrole, le gaz et les mines sont des choses très sérieuses pour qu’on se permette tous les matins d’occuper les médias sur des considérations complètement fallacieuses. Oui pour un débat objectif transparent, mais de grâce, que ceux qui ne savent pas aillent d’abord s’informer», lance-t-il.

«Les pays africains sont handicapés»

Toutefois, Macky Sall admet que les contrats sur le pétrole et le gaz sont très souvent déséquilibrés. «On n’accuse aucune compagnie, mais c’est dû au fait que les pays africains sont partis handicapés dés le départ, parce qu’au lendemain des indépendances, on a dû accompagner et suivre une société internationale qui avait ses règles. Alors qu’elles étaient fixées pendant que nous n’étions pas autour de la table. On nous a demandé de faire la promotion des investissements, d’être attractif et d’inviter les gens à venir investir. Parce que les pays sont risqués, il y a les maladies et la guerre. Donc, ceux qui viennent sont tellement courageux qu’il faut tout leur offrir», se désole le Chef de l’Etat, avant de relever que le continent africain a hérité de ces législations. C’est pourquoi il a invité les compagnies à comprendre les Etats lorsqu’ils sont un peu exigeants sur les taxes en particulier.

Harmonisation des codes en Afrique

A ce titre, Macky Sall engage ses homologues à porter le combat au sein de l’Union Africaine pour que los codes soient harmonisés. «Je ne dis pas que les compagnies ne doivent pas gagner de l’argent dans l’exploitation de nos ressources parce que, sans elles, nous n’aurons pas les moyens de le faire. Nous n’avons ni les capacités financières ni les capacités techniques pour aller à 2000 mètres de profondeur dans les océans. Il y a des acteurs qui sont outillés pour ce genre de travail et les Etats doivent travailler de concert mais dans un partenariat gagnant-gagnant», a-t-il conclu.

SECTEUR DES HYDROCARBURES : Trois projets de lois seront soumis à l’Assemblée en décembre

Trois projets de lois relatifs au secteur extractif seront bientôt soumis à l’Assemblée nationale pour vote. L’annonce a été faite par le Président de la République Macky Sall avant-hier mercredi, lors de la cérémonie d’ouverture de la conférence africaine sur la propriété réelle des entreprises minières, pétrolières et gazinières.

«Je soumettrai trois (3) projets de loi à l’Assemblée nationale dans le courant du mois de décembre prochain. Il s’agira du projet de loi portant nouveau code pétrolier, du projet de loi portant partage des revenus issus de l’exploitation future des hydrocarbures et enfin du projet de loi qui va définir le contenu local dans le cadre de l’exploitation du pétrole et du gaz au Sénégal», indique-t-il.

sUDoNlINE NDEYE AMINATA CISSE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here